· 

La prise en charge des maladies thyroïdiennes en France, un impact conséquent sur l'affaire Levothyrox

Le bouleversement de leur état de santé a causé la crise sanitaire Levothyrox Nouvelle formule. Pourtant, les effets secondaires décrits par les malades, loin d'être reconnus, ont été qualifiés d'effet "nocebo". 

Si les Sociétés Savantes sont restées insensibles aux témoignages des victimes qui cependant relataient un état de déséquilibre inédit dans leur parcours de malade thyroïdien, c'est que trop souvent  un médecin allopathe s'intéresse plus aux analyses biologiques et aux examens qu'au ressenti de la personne qui le consulte.

 

Or, en 2017, les biologies des malades sous nouvelle formule Levothyrox à l'acide citrique et mannitol étaient quasi-inchangées. La plupart des TSH étaient dans les normes "laboratoire" alors que les patients présentaient des symptômes évoquant l’hyperthydoidie, ou l’hypothyroidie, ou les deux simultanément.

 

D'où ce qualificatif de malades sous effet "nocebo" ou pire d'"hystérie" émanant des réseaux sociaux et des médias". 

Était-ce un effet Nocebo ?

Notre Webmaster nous a autorisés à exposer les photos de son alopécie déclenchée dès la prise de la nouvelle formule. 

 

chevelure avant après levothyrox NF
Chevelure 2017 (Avant le Nouveau Levothyrox)
Chevelure 2018 (après 8 mois de nouvelle formule Levothyrox)
Chevelure 2018 (après 8 mois de nouvelle formule Levothyrox)

Quel  contexte peut expliquer  ce déni opposé par le corps médical ?

Il est une exception française de se contenter d'explorer le seul facteur TSH, quand les pays voisins proposent un pack d'observation TSH-T3-T4. 

 

Dans le cas spécifique du déséquilibre thyroïdien post nouvelle formule, pour comprendre et expliquer il fallait aller explorer au delà du facteur TSH,  observer la transformation des T4 ( hormone inactive) en T3 (hormone active) et surtout chercher ce qui bloquait cette conversion après le passage sous Levothyrox à l'acide citrique et au mannitol. 

 

Le travail de réflexion initié par l'UPGCS nous a amené à collaborer avec des cliniciens qui prennent en charge les maladies thyroïdiennes en tenant compte de facteurs plus complets. Deux d'entre eux ont accepté de répondre à nos questions et aux vôtres lors d'une conférence le

 

11 janvier 2020 à Paris. 

 

Elise Carboullec et Annie Notelet interviendront en première partie sur : 

 

"Point sur un scandale Levothyrox NF et sur deux ans de souffrances au nom du facteur TSH" 

 

Puis nous laisserons la parole  à Didier Cosserat, médecin spécialisé dans les suivis thyroïdiens personnalisés et Hocine Sekkiou, nutritionniste et responsable du Groupe d'études H-Care, spécialiste d'une approche globale du patient,  sur :

 

" La prise en charge optimale des maladies thyroïdiennes" 

UPGCS Conférence du 11/01/2020 PARIS
Evènement Facebook UPGCS Conférence du 11 janvier 2020 à Paris

Nous vous attendons donc nombreux, après réservation. Vous pouvez réserver votre place soit directement via la billetterie mise en place sur le site, soit par courrier adressé à : 

 

UPGCS, 

11 rue Emile Tabary 

59278 Escautpont 

  • Avec un chèque de 5 euros si vous êtes adhérent à l'association
  • Si, à cette occasion, vous souhaitez adhérer, vous ne paierez que 30 € (25 € pour l'adhésion 2020 plus 5 € de droit d'entrée), 
  • Vous souhaitez assister à la conférence sans adhérer : 45 €.  

Réservation l'accès à la page conférence du 11 janvier avec accès à l'enregistrement audio et aux supports visuels

Accès à la page codée - aux documents visuels et sonores 

5,00 €

  • disponible

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Thony annick (lundi, 03 février 2020 14:59)

    J étais une bonne vivante maintenant je suis une loque je prend levotyrox depuis et c est pire en pire tous les j ai que 46 ans j ai l impression d en avoir 60 aidez-moi svp