· 

Hold Up, le film qui déchaîne les polémiques même hors des frontières françaises

Chers amis,  

Voilà, j‘ai traduit cet article qui a été publié le 18 novembre 2020 par "die Zeit“, un hebdomadaire pourtant réputé.  

J'ai regardé 2 fois, le film Hold Up, parce qu‘il y a une multitude de personnes qui parlent, mettent en question, expliquent, assurent, mettent en garde…. et accusent. Et c‘est cette multitude de gens qui garantit une certaine objectivité, qui offrent une variété de points de vue et d‘hypothèses.  

 

Et c’est cette variété de points de vue qui me permet de chercher le mien.

 

De chercher „ma“ vérité, étayée par des arguments. 

  • Que l‘auteur de l’article, Wenke Husmann, ne fasse pas l’effort d’analyser ces points de vue, c’est très dommage. C’est plutôt un article manipulateur, fort subjectif, une petite vengeance en quelque sorte, de l’abus du pouvoir journalistique. 
  • Que l’auteur de l’article mette toutes les personnes interviewées dans la même sac, c‘est très regrettable.  
  • Que l’auteur de l’article compare le document à un mille-feuille, plus précisément au mal au ventre que la gustation de cette sucrerie peut provoquer, est ridicule et montre que cet hébdomadaire a perdu tout sens de critique qui lui était propre.  

 

Nietzsche, notre grand philosophe réputé pour son scepticisme éternel, pour qui le doute était donc une nécessité pour comprendre le monde, n‘a plus d’adeptes parmi les journalistes de cet hebdomadaire allemand. 

 

Dommage ! Au contraire, on produit un clivage profonde et persistent dans la population: 

Les soumis et les insoumis, donc les “complotistes”, nouvelle catégorie de gens indésirables. Un fourre-tout où on met tous ceux qui n’acceptent pas …sans réfléchir.  

Donc…deux categories de gens qui …s’opposent. Si le monde était si facile à comprendre. Mais ce n’est pas le but.

 

Le but de cet article est de fortifier ce clivage, et non pas d’inciter les gens à réfléchir.

Je vais tirer mes consequences: avec la lecture de l’hebdomadaire  “die Zeit”, si “zeitlos “ depuis longtemps, je ne vais plus perdre mon temps… 

 

Ulrike Kinzler-Straub, correspondante UPGCS en Allemagne 

Traduction de l'article de l'hebdomadaire "die Zeit“ par notre amie Ulrike Kinzler-Straub,

De vérités et de mensonges 

 

Le film documentaire "Hold-up“ avive la peur en France grâce aux théories complotistes dangereuses.  

 

Tout au début du film on voit le roi Sars-Cov-2 en personne:  

 

„ Salut, chers terriens, je suis le Corona Virus“, crie le virus animé, avec la couronne sur la tête et sourit 

dans la caméra. Il ne trouve pas cool que tout le monde associe son nom à la mort.  „ Rassurez-vous“, 

s’exclame-t-il. 

 

Des hypothèses troublantes, absurdes. Le film documentaire  „Hold-up“ affole toute la France depuis mi-novembre . Comme disent les producteurs,  le film veut raconter l’ histoire qui se cache derrière la pandémie. Ce feu d’artifice complotiste dure 2 heures et 45 minutes. Le message est clair: La crise est le complot d’une élite mondiale corrompue. 

 

Comme preuves, Hold-up fait parler des experts illustres des différentes domaines, tout cela dans des séquences coupées très vite.

 

Contrairement au virus animé, ils sont tous très décontractés.

Avec des visages très graves, les médecins, les anthropologues, les psychologues et les professeurs d’université regrettent une perte de crédibilité et mettent en garde contre une précarisation de la société, comparant Corona avec une petite grippe et se demandent, quand les gens vont enfin ouvrir leurs yeux.  

 

La toile de fond est noire, la lumière éparse, et l’orchestre des violons souligne l’atmosphère dramatique. 

On parle de masques nuisibles, de couvre-feu insensé, d’un virus produit par l’homme, des vaccinations dangereuses, de l’influence de gouvernements, de l’industrie pharmaceutique, des médias, et de Bill Gates.  

 

Beaucoup de déclarations restent floues, il n’a y  ni de preuves ni de propositions constructives. Par contre, beaucoup d’illustrations, de photos sur papier brillant, et des visages déconcertés. „ Hold-up „ est de la propagande médiatique sous couvert du journalisme.  

 

L’homme derrière la caméra s’appelle Pierre Barnérias. Metteur en scène et journaliste, il a tourné plusieurs documentaires douteux, dont un sur l’infiltration communiste prétendue de l’église catholique.  

 

Avec sa nouvelle production, accessible sur Internet, il a fait mouche dans une France que le Corona virus a touchée très sensiblement. Dans les premiers jours, „ Hold-Up „ a été cliqué  par plus de 2 millions d’internautes. Youtube et Vidéo ont supprimé la vidéo, mais de nombreux internautes qui avaient fait des copies les ont mises en ligne en libre accès. 

 

Dans les médias sociaux, il y a eu des débats très violents. Les uns ont fêté le film et l’ont largement partagé, les autres l’ont critiqué vivement. Comme Sophie Marceau, qui a approuvé la production.  

 

Le plateforme Ulule, qui fait du Crownfunding, qui a collectionné en peu de semaines environ 200 000 Euros pour le financement du documentaire, a pris ses distances.  

 

L’ancien ministre de la santé, Philippe Douste-Blazy, l’une des 37 personnes interviewées dans le film, s’est distancié de la production, ainsi que la sociologue Monique Pincon-Charlot, qui avait averti d’une troisième guerre et du but des pays riches d’exterminer les pauvres. 

 

La vérification des faits n’est pas toujours facile, parce que les mesures lourdes prises par le  gouvernement pendant la crise ont provoqué beaucoup de critiques ce qui  est d’ailleurs bien fondé.  

 

C’est peut-être la figure rhétorique du „mille-feuille argumentatif“ qui rend le documentaire si dangereux.   

 

Comme les couches multiples du feuilleté français, le film mets des arguments les uns sur les autres pour donner l’impression d’un esprit de synthèse. Le spectateur n’a pas le temps de réfléchir, et il est difficile de contredire.  

 

Le film “hold-up” met en garde contre toute forme de panique, tout en semant de la peur et de l’insécurité.  

Ce qui reste après presque 3 heures d’écoute, c’est un léger mal au coeur,

comme si on avait mangé trop de Mille-Feuille. 

Pour aller plus loin

"Sollicitée par 20 Minutes, la préfecture du Gard confirme une « mesure individuelle d’hospitalisation » visant Jean-Bernard Fourtillan. Et de préciser que cette décision relève « d’une prescription médicale ». Pas plus de précision de la part de la préfecture, qui souligne que la mesure est « couverte par les règles habituelles de confidentialité des informations médicales personnelles. »

Cette décision a toutefois été prise après que le médecin a été interpellé par les forces de l’ordre le 7 décembre « en vertu d’un mandat d’amener [émis par] un juge d’instruction parisien », apprend 20 Minutes de source judiciaire, confirmant une information de Midi-Libre.

Selon le quotidien régional, le suspect a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Nîmes après son interpellation. Trois jours plus tard, un médecin a considéré que son état de santé nécessitait un placement dans un établissement psychiatrique et le préfet a suivi ces recommandations, ajoute Midi-Libre, précisant que Jean-Bernard Fourtillan est hospitalisé dans l’établissement du Mas Careiron, à Uzès."

https://www.20minutes.fr/societe/2930255-20201211-hold-up-oui-professeur-jean-bernard-fourtillan-bien-hospitalise-psychiatrie-apres-avoir-interpelle