· 

Dérive de notre système de Santé : Réagissons !

L'UPGCS a démarré du combat des malades thyroïdiens contre la Nouvelle Formule du levothyrox. 

Mais devant l'enlisement face au mutisme du Ministère qui ne le considérait que comme un problème de communication, devant le manque de réponses de nos médecins, nous avons décidé de réfléchir différemment et de poser ce scandale dans sa globalité c'est à dire dans l'étude du système de santé actuel ... 

Des rencontres, des échanges, avec des médecins, des soignants pour aborder les problèmes sous un autre angle !

 

Ce n'était pas très difficile puisque de partout on les entend hurler contre leurs conditions de travail ! 

Clips vidéos, Grèves sur leur lieu de travail avec des nuits passées sous des tentes après avoir rempli leur service journalier, défilés, manifestations, appels sur facebook sur twitter, les soignants hospitaliers tentent désespérément d'attirer l'attention de Madame la Ministre de la Santé sur la refonte prévue de l'hôpital qui va leur enlever le peu de moyens qu'ils ont à disposition pour remplir leur devoir envers les malades  ! 

 

Vous trouverez désormais ici des articles qui leur seront destinés afin de témoigner de la dérive  du système de Santé et d'alerter afin d'y remédier Ensemble ! 

 

Nous avons été alerté par le combat mené par l Hôpital Pinel d'Amiens 125  jours de grève et de nuits sous des tentes , 4 mois de lutte et aucun rendez-vous avec le Ministère !! 

 

Ils nous ont amenés à discuter avec leurs confrères parisiens et le collectif créé cet été également par ceux-ci : Psy unifiée. 

 

Nous leur laissons la parole pour vous expliquer leurs revendications.

 

 

La Psychiatrie Parisienne Unifiée est née d’une fusion des luttes concernant la psychiatrie parisienne. En effet, une fusion définitive est prévue pour le 01 janvier 2019 concernant les établissements psychiatriques de Ste Anne, Perray Vaucluse et Maison Blanche , qui formeront donc le GHU (Groupement Hospitalier Universitaire).

Ce futur GHU prévoit des modifications concernant la gestion du personnel ainsi que l’organisation psychiatrique.

Les craintes sont nombreuses quand à cette fusion qui pourrait engendrer des fermetures de service, diminution de lits, diminution de l’offre de soins apportés aux patients, qualité des soins impactés.

Concernant le personnel, le temps de travail sera diminué au niveau journalier mais augmentera au niveau annuel. On peut déjà imaginer des conséquences douloureuses les concernant. Travaillant déjà en sous-effectif, dans des conditions difficiles ne laissant plus de place à la relation avec le patient.

De plus l’organisation journalière sera modifiée ; plus assez de temps, de disponibilités, de réflexions cliniques concernant les patients, leurs familles, leurs entourage.

Les soins en psychiatrie ne peuvent pas se passer de liens humains, qui doivent être contenants, stables. Des soins psychiatriques de qualité nécessitent des équipes qualifiées et disponibles.

Chacun d’entre nous connaît un ami en « burn-out », un parent dépressif, un voisin délirant. Défendre la psychiatrie publique, c’est défendre des soins pour eux, pour tous. C’est savoir que des soignants seront là pour accueillir leur détresse psychique, leur risque suicidaire, leur agitation.

La PPU ainsi que l’intersyndicale des 3  établissements est donc contre ce protocole concernant la mise en place du futur GHU et luttent chaque jour pour l’éviter : Manifestation du 06 septembre, participation à la manifestation interprofessionnelle du 09 octobre, rassemblement devant l’ARS IDF etc…

Nous sommes en étroite collaboration avec les collectifs des établissements de France : Actions avec les Blouses Noires de Rouen, déplacement a Amiens pour Pinel en lutte, en contact avec Ste Etienne, Niort, Les perchés du Havre, EPSM Caen, Nantes etc…