· 

Des dangers de l'auto-médication !

Agir pour une refonte du système sanitaire oui, cautionner la mise en danger des patients non !

S'il est vrai que nos différentes publications interpellent sur les dysfonctionnements de nos organismes de contrôle sanitaires, si nous avons du, nous victimes de la crise du levothyrox nous organiser pour trouver nos médicaments, depuis des mois, nous vous appelons aux plus grandes précautions. 

Non seulement nous avons averti les malades des dangers de l'auto-médication, mais nous avons alerté en juin dernier le Conseil de l'Ordre des Médecins et celui des Pharmaciens, sur la nécessité d'un suivi rigoureux dans la pathologie à marge thérapeutique étroite que représentent les troubles thyroïdiens ! 

 

Pas de switches intempestifs, un traitement demande une période d'adaptation et des analyses précises pour être adapté à chaque individu ! Dans le cadre de la thyroïde, 4 voire 6 mois sont nécessaires ...

 

A ce propos, nous sommes étonnés de voir des endocrinologues et des médecins commencer à prescrire de l'euthyrox actuellement alors que rien n'assure le suivi de l'euthyrox en pharmacie car il n'est prévu pour 2019 que dans la limite des stocks disponibles. 

Concernant l'euthyrox, une chaîne de solidarité se met en place sur facebook, Elle est louable à condition d'être transparente. Ne vous approvisionnez auprès d'inconnus, ne mélangez pas les provenances d'euthyrox ! un changement de provenance et c'est votre stabilité qui est remise en jeu ! 

Ne laissez pas non plus vos pharmaciens vous substituer d'autres alternatives, nous sommes atterrés de voir le manque d'informations chez ces acteurs primordiaux dans le suivi thérapeutique ! 

 

Et n'oubliez pas que vos associations de patients peuvent vous fournir des informations de base et q'elles travaillent avec des médecins pour vous conseiller ! 

 

Les achats sur internet !!!

La chaîne de distribution du médicament en France est sécurisée et sous contrôle pharmaceutique. La mise sur le marché est strictement encadrée et suivie par les autorités sanitaires. Le monopole du pharmacien sur les médicaments permet d’assurer une imperméabilité du circuit de distribution français. C’est une clé de voûte du système de distribution qui offre la garantie d’innocuité, de sécurité et de qualité des médicaments qu’ils soient vendus en officine physique ou bien sur Internet.


Chaque étape de la chaîne (fabricants, exploitants, grossistes-répartiteurs, pharmacies d’officine, etc.) est placée sous la responsabilité d’un pharmacien qui s’assure de la qualité des médicaments jusqu'à leur dispensation aux patients.

 

Sur internet, attention aux contrefaçons !

La vente de médicaments en ligne étant très encadrée, vous trouverez ci dessous, le lien vers le site de l'Ordre National des Pharmaciens qui maintient la liste des pharmacies autorisées à cette pratique. Nous vous rappelons que la création et l’exploitation d’un site internet de vente de produits à visée thérapeutique sont réservées aux seuls pharmaciens.

- Le site doit être adossé à une officine physique, seuls les médicaments non soumis à prescription obligatoire peuvent y être vendus.

- Cette nouvelle modalité de dispensation relève de l’entière responsabilité du pharmacien, qui devra l’exercer dans le respect des règles de déontologie applicables à l’officine de pharmacie et de bonnes pratiques de dispensation.

- La création du site internet de vente par la pharmacie est soumise à autorisation de l’agence régionale de santé (ARS) dont dépend l’officine.

 

La qualité et la sécurité des médicaments achetés sur un site non autorisé ne sont pas garanties, des médicaments falsifiés (faux médicaments, ou faussement étiquetés) voire contrefaits peuvent y être proposés. Par médicaments falsifiés, on entend des médicaments délibérément et frauduleusement étiquetés pour tromper sur leur identité et/ou sur leur origine.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on trouve des médicaments falsifiés ou contrefaits partout dans le monde. Il peut s’agir de mélanges de produits toxiques comme de préparations inefficaces. Certaines contrefaçons ressemblent tant aux produits authentiques qu’elles trompent aussi bien les professionnels de santé que les patients.

Dans tous les cas, elles sont d’origine inconnue, de compositions douteuses  et toujours illégales.

La prudence s’impose donc car cette duperie concerne tous les médicaments :  princeps ou génériques.

 

http://www.ordre.pharmacien.fr/ecommerce/search  

En cas de doutes n'hésitez pas, médecin traitant, pharmacien ou associations de patients seront meilleurs conseillers que vos voisins ou que des rumeurs internet ! 

 

Elise Carboullec et Annie Notelet