· 

Levothyrox un nouveau volet judiciaire"homicide involontaire"

Annonce  confirmée par le procureur de la  République de Marseille, XAVIER TARABEUX, le Parquet ouvre un nouveau volet au chef "d'homicide involontaire" dans l'enquête sur l'affaire LEVOTHYROX.

 

Rappelons qu'en 2017, ce médicament avait le monopole dans les traitements des maladies thyroïdiennes et que ce sont 200 800 000 malades qui ont pris sans en être avertis la formule modifiée à la demande de l'ANSM. 

 

Ce sont environ 37 000  déclarations d'effets secondaires qui auraient été enregistrées par les centres de pharmacovigilance, mais si on suit l'analyse de spécialistes dans l'observation des crises sanitaires, ce n'est que la partie émergée d'un iceberg qu'on devrait chiffrer à environ  1 800 000 victimes d'effets secondaires voire 2 000 000. ( se référer à l'interview de Romain Gherardi et à notre courrier de décembre adressé au 1er Ministre et à la Ministre de la Santé. )

 

Ce qui s'approche beaucoup plus des chiffres de la CPAM sur le nombre de personnes ayant abandonné la Nouvelle Formule. 

 

Dans ce scandale, ce sont 14 dossiers de décès qui ont été déposés pour établir le lien de causalité. 

 

L'UPGCS aura une pensée émue pour toutes les familles de victimes, qui depuis cette annonce,  doivent osciller entre soulagement d'une possible reconnaissance et une peine à nouveau avivée ! 

 

Rien ne vous rendra jamais vos proches, et aucune condamnation ne peut combler le vide de l’absence mais nous savons à quel point ce combat vous tient à cœur. Il est nécessaire de le gagner pour ceux qui l'ont subi jusqu'à en perdre la vie et pour vous familles, victimes collatérales. 

 

Merci à tous les collectifs, toutes les associations qui œuvrent sans relâche depuis 2017 pour leur ténacité, leur présence auprès des malades. Sans elles, sans le travail des avocats, sans les recherches, les courriers, les interviews, rien ne serait possible. 

 

Dommage que parfois, certains se trompent d'ennemis et perdent leur temps à critiquer le travail différent mais nécessaire des autres acteurs sur le terrain. 

 

Il faut crier à l'unisson : RECONNAISSANCE DE CETTE CRISE SANITAIRE GRAVE,  LIEN DE CAUSALITÉ évident entre LEVOTHYROX ET EFFETS SUBIS, RECONNAISANCE DU STATUT DE VICTIMES.

 

 

Annie Notelet
Présidente de l'UPGCS

FRANCE TV info : levothyrox l'enquête élargie pour homicide involontaire

RTL petit matin: interview de Maître Christophe Leguevaques

Le parisien