· 

Les malades thyroïdiens n'étaient hystériques, cette crise sanitaire a enfin une explication

Depuis deux ans, les malades souffrent, certains sont décédés, d'autres ont vu leur vie bouleversée (perte d'emploi, handicap), et malgré le travail incessant des associations les autorités sanitaires restaient sourdes et aveugles devant leurs  souffrances ! 

Une crise sanitaire majeure a vu le jour avec l'arrivée du levothyrox nouvelle formule en mars 2017 et elle perdure encore pour les malades qui s'inquiètent à juste titre de la disparition programmée de l'euthyrox, ancienne formule vendue à l'étranger du traitement qui leur permettait de vivre leur maladie thyroïdienne sereinement ! 

Une lueur d'espoir, une porte s’entrouvre aujourd'hui avec la publication des travaux menés par  le biostatisticien toulousain Didier Concordet, professeur à l’École nationale vétérinaire de Toulouse, avec l’appui de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et de l’université de Londres. 

 

Les résultats prouvent que les deux formules l'ancienne au lactose et la nouvelle avec acide citrique et mannitol ne sont pas bioéquivalentes donc non substituables ! 

 

Les études préalables réalisées et présentées par les laboratoires Merck étaient faussées et plus grave l'ANSM les a validées sans les contrôler ! Près de 60/100 des patients réagissent différemment aux deux formules ce qui réfute aussi cet argument des autorités, le rapport bénéfices/risques n'est pas en faveur de la nouvelle formule de levothyrox ! 

 

Rien de nouveau pour les malades qui le répètent depuis 24 mois, mais une découverte pour ceux qui ont refuser de les entendre ! 

 

 

L'avocat Christophe Leguevaques a réagi immédiatement : 

""Cela démontre à ceux qui en douteraient encore l’utilité des analyses scientifiques contre celles présentées par des laboratoires : face à une science aux ordres de l’industrie, rien ne remplace une science indépendante au service de l’intérêt général et de la santé".Il faut tirer toutes les conséquences de la dépendance intellectuelle de l’ANSM qui reprend servilement les arguments de langage fournis par les laboratoires. Cela suppose un renforcement des pouvoirs d’enquête et d’analyse aussi loin que possible de l’influence néfaste des scientifiques mercenaires".

 

 

 

 

 

 

Nous n'étions pas des malades imaginaires, nous voulons des excuses des autorités sanitaires ! 

nous voulons la reconnaissance de cette crise sanitaire majeure ! 

Nous voulons notre statut de victimes ! 

Cette formule n'était pas bioéquivalente parce que : 

- l'acide citrique annihile le taux de levothyroxine 

- parce que cette formule a une biodispersion aléatoire, restant intacte trop longtemps dans l'estomac puis explosant en agglomérats d'où dans un premier temps des symptômes d'hypothyroïdie.

- ensuite entre en jeu le mannitol, perméabilisant les parois intestinales et permettant aux agglomérats de se stocker dans des zones non ciblées de l'organisme d'où ensuite les périodes d'hyperthyroîdie ! 

 

Les malades l'ont vécu, en ont souffert mais ils n'ont pas été entendus ! Honte à ces autorités sanitaires qui n'ont pas joué leur rôle qui est de protéger les droits des patients ! 

 

Plus grave et il faut que les scientifiques nous aident, des effets perdurent deux ans plus tard et certains malades voient leur thyroïde quasi- inexistante en 2017 se réactiver et des cancers apparaissent ! D'autres ont de lourds problèmes hépatiques, d'autres cardiaques, 

 

le Ministère de la santé va-t-il nous répondre enfin quand nous leur demandons des centres d'étude neurologique des effets perdurants ? 

 

Il y a non assistance à personne en danger ! 

Rappel des doléances des malades thyroïdiens

Conformément à leurs Droits de Citoyens et de patients vivants logiquement dans un pays régi par la  démocratie,

les malades thyroïdiens réclament et exigent

 

· la reconnaissance de la Crise sanitaire dans le scandale du levothyrox, ce qui de fait leur assurera un statut de VICTIMES

 

· Un comité de scientifiques indépendants et de représentants des différentes associations de victimes afin d’étudier de façon impartiale le taux de stabilité des formules de Levothyroxine au lactose.

 

· La reprise de l’AMM du princeps levothyrox afin  d’autoriser à nouveau sa commercialisation en France, parallèlement à la nouvelle formule acide citrique/mannitol pour les malades qui le souhaitent ( levothyrox fabriqué pour les pays du Maghreb par exemple).

 

· Des analyses immédiates et l’information médiatique sur leurs résultats en raison de l’état critique de certains patients en lien avec la mise en danger de la vie de ceux-ci.

 

· Des études cliniques sur la biodisponibilité et la biodispersion concernant la nouvelle formule et la suspicion d’éléments perturbateurs quant à l’acide citrique et le mannitol

 

· La levée du Secret des affaires non applicable quant il y a mise en danger de la vie de nos concitoyens

 

· Une prise en charge dans des centres neurologiques répartis sur l’ensemble du territoire français des cas les plus lourds avec suivi des associations de patients s’ils le souhaitent , afin de répondre efficacement aux inquiétudes actuelles qui laissent médecins traitants et hospitaliers sans solutions.

 

· Un suivi du stock d’euthyrox sur l’ensemble du territoire efficace pour éviter une pénurie et une seconde crise sanitaire dans l’attente des solutions aux premières demandes précitées. 

 

· Une reconnaissance de l’affection longue durée dans cette pathologie thyroïdienne

 

· Une prise en charge en longue maladie des congés induits par la nouvelle formule pour tous les patients actifs. Cette pathologie n’est pas comme souvent décrite une maladie féminine de plus de 60 ans ! Des enfants, des jeunes adultes en souffrent au point d’être en situation de handicap depuis 2017

 

· Enfin nous exigeons des excuses publiques face au déni et aux insultes subies dans les commentaires du courant NOCEBO qui ont porté atteinte à l’honneur des malades thyroïdiens

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0