· 

Les victimes de la Nouvelle Formule Levothyrox à nouveau bafouées dans un article de Ouest France ! !

Le propos initial de l'article paru dans Ouest-France  était une information sur le changement de règles à partir de janvier quant à la délivrance des génériques. 

 

"À compter de mercredi 1er janvier, il ne suffira plus que le médecin indique  non substituable  sur son ordonnance pour obtenir le médicament  princeps  (avec marque) remboursé au maximum. Celui-ci devra justifier cette mention par une raison médicale." source Ouest-France 

 

Donc une information intéressante que les malades s'empressent de lire, puisque devenus maintenant très attentifs aux articles "santé". 

 

Mais quelques lignes plus loin, le journaliste Philippe Richard souligne que "les exceptions  ne pourraient concerner que la prescription de médicaments à marge thérapeutique étroite  (dont la liste des principes actifs est bien précisée), en cas de contre-indication « formelle et démontrée » à un excipient présent dans tous les médicaments génériques disponibles."

 

Et de faire l'analogie avec le Levothyrox avec cette affirmation inacceptable et infondée : 

 

"Ça va grogner dans les pharmacies. Quand on voit l’ampleur qu’a prise l’affaire du Levothyrox (qui, à preuve du contraire, a une origine psychosomatique), on peut s’attendre à quelques vagues d’effets indésirables aux causes non déterminées dans les semaines et mois à venir."

 

Dès la lecture de l'article, les victimes en colère, ramenées encore aux commentaires de 2017, nous ont contactés afin de réagir à celui-ci ! 

Droit de rectification selon l'article de 13 de la loi du 29 juillet 1881

C'est donc un droit de rectification que nous avons adressé ce matin à la rédaction d'Ouest-France au nom de toutes les personnes qui ont souffert de ce passage à la nouvelle formule, qui ont vu leur vie détruite, au nom de ceux qui ont perdu leur emploi en raison de leur incapacité à assurer leur mission, au nom de ceux dont le couple n'a pas survécu aux modifications physiques, à la perte d'élan vital, aux insomnies, aux changements de poids, aux alopécies, à la perte de mobilité .... etc etc la liste est longue mais nous la leur avons adressée aussi.

 

Vous trouverez ci-dessous la lettre ouverte qui sera publiée ici et sur les réseaux sociaux. 

 

Nous victimes, ne pouvons accepter un tel manque d'information ou une position aussi peu déontologique d'un journaliste. Nous nous engageons à publier la réponse de Ouest-France ou à faire connaître leur manque de réponse ! 

 

Les malades qui n'ont pas supporté la Nouvelle formule, n'étaient pas victimes d'effet nocebo ! Ceci était le propos de quelques endocrinologues ayant oublié en chemin leur serment d'Hippocrate ! 

 

L'UPGCS organise le 11 janvier une conférence où le fonctionnement des maladies thyroïdiennes sera exposé et  par analogie,  le dysfonctionnement engendré par un médicament où le changement d'excipients a créé une toxicité majeure chez certains malades. Nous y avons invité personnellement le journaliste de Ouest-France. Nous y invitons tous ceux qui pensent encore qu'il ne s'agissait que d'un effet nocebo ! 

 

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme"

Lettre de droit de rectification adressée ce matin à Ouest-France

 Mail envoyé ce matin à la rédaction d'Ouest-France : 

 

Objet : Demande de droit de réponse Article 13 de la loi du 29 juillet 1881

Corps de texte du mail : L'article de ce jour et signé par votre rédacteur Philippe Richard est une offense à un million de victimes du Levothyrox Nouvelle formule

Nous exigeons en leur nom un droit de rectification. Vous trouverez ci-joint un courrier argumenté et explicatif. 

Votre article fait le buzz sur les réseaux sociaux mais aucunement à l'honneur de votre journal. 

L'UPGCS reçoit de partout des témoignages écœurés de ses adhérents qui n'accepteront pas d'être bafoués de la sorte. 

Nous attendons votre réaction 

Annie Notelet pour l'UPGCS 

 

Lettre en pièce jointe : 

Demande de droit de réponse au nom d’un million de victimes de la Nouvelle formule Levothyrox !

 

 Ouest France ce matin, article d’informations sur la nouvelle réglementation des génériques à partir de janvier : pour porter la mention non substituable, même sur les médicaments à marge thérapeutique étroite le médecin devra indiquer une raison médicale.

Jusque-là l’information est correcte puis le journaliste Philippe Richard cite l’affaire Levothyrox

:

« Ça va grogner dans les pharmacies. Quand on voit l’ampleur qu’a prise l’affaire du Levothyrox (qui, à preuve du contraire, a une origine psychosomatique), on peut s’attendre à quelques vagues d’effets indésirables aux causes non déterminées dans les semaines et mois à venir. »

 

Non Monsieur, ce problème n’est pas d’origine psychosomatique ! Depuis deux ans et demi, afin de justifier un changement à des fins économiques, autorités sanitaires et sociétés savantes se retranchent derrière les analyses de TSH majoritairement stables chez les malades malgré une symptomatologie diverse et éprouvante au point d’anéantir la vie des victimes.

 

Science sans conscience qui oublie ce que sont les maladies thyroïdiennes !

 

Derrière des TSH stables, peuvent se cacher des dysthyroïdies majeures. Pour les voir, les comprendre il fallait creuser derrière ce facteur unique et observer les T3L et les RT3, mettre en évidence qu’un changement d’excipients bloquait la bio dispersion de cette formule et sa biodisponibilité !

 

Un médicament qui fonctionne en éprouvette de laboratoire, réagit différemment chez un être humain.

 

 

Une formule dont la bio-équivalence montre des variations de lévothyroxine allant jusqu’à plus ou moins 75/100 chez des testeurs sains n’était pas substituable !

 

De telles variations provoquent un stress majeur chez le malade thyroïdien. Et on ne vous parle pas de stress d’anxiété mais d’un stress organique où les fonctions vitales se bloquent en raison d’un brusque et énorme changement hormonal qui rend le foie incapable de transformer l’afflux de t4 en T3 !

 

Des T4 qui stockées sans transformation en T3 font monter les RT3.

 

L’UPGCS laissera le 11 la parole à ses conférenciers pour vous expliquer un mécanisme qui prouve l’effet toxique d’une formule uniquement testée en éprouvette avant d’être testée in vivo sur 3 millions de malades français !

 

Une formule que deux excipients rendent d’une toxicité majeure chez certains patients!

 

Pourquoi chez certains et pas sur tous ? Les réactions dépendent des caractéristiques individuelles ce qui explique la multitude d’effets selon les individus. Cela aussi sera démontré le 11 janvier.

Non ce n’était pas psychosomatique mais il aurait fallu vouloir le démontrer, ce que nos sociétés savantes auraient pu faire, puisque ces mécanismes avaient fait l’objet de publications de leur part avant 2017 ! (Se référer à la publication de la SFE de juillet 2015).

 

L’affaire Levothyrox n’est pas psychosomatique, elle est le fait d’un arrangement économique avec échanges de bons procédés entre partenaires d’intérêts financiers !

 

Une nouvelle fois cet article est une insulte au million de victimes qui en ont souffert. Vous vous y inscrivez ainsi dans la lignée de certains endocrinologues qui ont qualifié les malades de victimes d’un effet nocebo. Vous ignorez ainsi l’avancée de Pierre-Louis Toutain, Didier Concordet et all, repris ensuite par Catherine Hill et Martin Schlumberger endocrinologue savant qui dénonce lui le déni qui a été apporté à la voix des patients, au dédain devant leurs souffrances !

 

Chaque mois si de nouveaux traitements sont initiés chez des malades thyroïdiens de plus en plus nombreux, 3400 patients sont aussi dans l’obligation d’abandonner la formule de Levothyrox au mannitol et acide citrique en raison de lourds effets.

 

En séance de travail à la HAS, sur la mise en place d’AMM aux nouveaux dosages de Levothyrox, des médecins de cette haute autorité sanitaire et des médecins de l’ANSM ont remis en question le bénéfice apporté par ce médicament de lévothyroxine, se posant même la question de son déremboursement. 

 

Science sans conscience …..

 

L’UPGCS a obtenu que soit redéfini la notion de personnes fragiles, mention qui inscrite sur les notices de médicaments de lévothyroxine lors du prochain comité de suivi du 8 janvier au ministère. Les victimes qui ont subi un tel dysfonctionnement de leur système métabolique, qui switchent sans retrouver leur condition de santé antérieure au changement de formule sont des personnes très fragilisées. La mise en place d’une commission ad-hoc sur un protocole de prise en charge élargie à des facteurs plus indicatifs que la seule TSH y sera abordée également. Nous la réclamions depuis deux ans !

 

Pour comprendre l’inconnue scientifique évoquée par Madame Buzyn, il fallait creuser derrière ce simple facteur responsable d’un scandale lié à une prise en charge médicale inadéquate !

 

Levothyrox, une crise sanitaire avec un nombre sans précédents de déclarations en pharmacovigilance, une crise sanitaire lié à une étude de bioéquivalence légale mais tronquée, un test de changement d’excipients réalisé in vivo sur 3 millions de patients sans alternatives de traitements, puis le scandale de la non prise en charge médicale, le scandale médiatique de journalistes refusant de voir et d’entendre les patients !

 

Pour remplir votre mission en toute déontologie, il semble que vous manquiez d’informations éclairées !

C’est pourquoi vous trouverez ci-joint Monsieur Philippe Richard, un document non exhaustif des effets secondaires subis par les usagers de cette formule, vous y verrez que ceux-ci n’ont rien de psycho somatique.

 

Vous trouverez aussi une invitation pour la conférence que notre association donnera à Paris le 11 janvier prochain, afin de vous apporter une réelle maîtrise d’un sujet que vous osez évoquer sans empathie pour les victimes.

 

Nous espérons un article sinon d’excuses mais de rectifications des propos tenus dans votre article de ce jour ! Des milliers de malades se sont indignés déjà sur les réseaux sociaux après sa lecture. Vous faites le buzz certes mais pas à votre honneur !

 

Vous nous excuserez de ne pas terminer ce courrier par une formule de politesse, offensés une fois de plus, nous en sommes incapables !

 

 Liste des effets subis par les victimes en pièce jointe : 

 

Des effets secondaires qui n’étaient pas psychos somatiques !

 

Symptômes d’hypométabolisme donc d’hypothyroïdie ou de substitution défaillante, étant entendu que chaque malade ne les présentera pas tous. Ils sont généralement modérés à sévères.

 

-       bouffissure du visage avec traits amorphes, poches sous palpébrales et cernes par hypoxémie

-       œdème péri orbital, infiltrations cutanéo-muqueuses avec raucité de la voix, hypertrophie des gencives hypoacousie et macroglossie par accumulation de dérivés protéiques sur les cordes vocales, la langue et les tympans

-       asthénie physique et psycho-intellectuelle : syndrome dépressif avec perte de l’élan vital, anhédonie et troubles neuro-psychiatriques. de la mémoire, de la cognition et de la concentration. 35% des dépressions auraient pour seule cause une hypothyroïdie ignorée par le seul facteur THS.

-       Majoration pondérale hypométabolique malgré une perte de l’appétit.

-       picotements aux pieds et aux mains

-       crampes et par déficit en chondrotine composé essentiel au maintien de la structure et de la fonction des articulations, fortes contractures musculaires et troubles tendino-musculo-squelettiques, stupidement qualifiés de fibromyalgiques.

-       Possibles myopathies musculaires intercostales et du diaphragme entraînant une apnée du sommeil.

-       Syndrome du canal carpien

-       troubles lipidiques, glycémiques, hépatiques et rénaux (hypercholestérolémie, hypertriglycéridémie, hyperglycémie, augmentation des gamma GT, réduction du débit de filtration glomérulaire etc… ) : risque d’athéromatose avec danger thrombo-embolique, de diabète, d’insuffisance hépatique et rénale.

-       intrinsèquement, malabsorption de la vitamine B12 avec risque d’anémie pernicieuse

-       oligoménorrhée ou aménorrhée, ménorragies, risque de fausses couches,  voire infertilité

-       Galactorrhée avec hyperprolactinémie

-       troubles surrénaliens par défaut de synthèse du cortisol ou  atteinte auto-immune des surrénales associés à une thyroïdite, l’insuffisance surrénalienne sera donc soit fonctionnelle, soit organique. Une hyperprolactinémie peut parfois être présente, provoquant une galactorrhée et participant à la baisse des hormones thyroïdiennes et à des troubles du cycle menstruel (aménorrhée ou ménorragie). Chez l’homme, impuissance et dyspermatogénèse par diminution du taux de testostérone

-       frilosité avec hypothermie.

-       dangereux troubles cardio-vasculaires : bradycardie sinusale et insuffisance cardiaque avec parfois cardiomégalie en raison d’une infiltration péricardique, mais pas de tableau classique au niveau périphérique, en raison d’une réduction des besoins tissulaires en oxygène. En cas d’hypothyroïdie, le métabolisme de chaque organe est ralenti avec diminution d’oxygène et de substrat. Au niveau cardiaque par ceci se reflète par une baisse de la contractibilité, de la fréquence cardiaque et du temps de relaxation diastolique, entraînant une diminution de la compliance du ventricule gauche, d’où la dyspnée et l’intolérance à l’effort, la bradycardie et la dysfonction ventriculaire gauche. L’hypothyroïdie entraîne également une contraction des cellules musculaires lisses des vaisseaux, augmentant la résistance vasculaire périphérique, ce qui explique l’hypertension artérielle, surtout diastolique qui survient dans environ 20 à 40% des cas, même si le débit cardiaque est diminué.

-       Troubles des phanères : chute de cheveux diffuse ou en plaques alopéciques (effluvium telogène ou pelade universelle en cas de thyroïdite d’Hashimoto), ongles cassants et striés, chute des poils axillaires et pubiens, peau squameuse, sèche, froide, dépigmentée ou hyperpigmentée.

-       Sécheresse oculaire et flous visuels.

-       Parfois coloration orangée de la plante des pieds.

-       Dépilation axillo-pubienne, disparition du 1/3 des sourcils notamment en cas de thyroïdite d’Hashimoto mal contrôlée.

-       dyspnée ou bradypnée : insuffisance respiratoire par hypovolémie alvéolaire voire œdème pulmonaire.

-       Troubles digestifs avec parfois Iléus paralytique par absence de mouvements contractiles normaux des intestins. Epanchement isolé ou généralisé des séreuses

-       Constipation liée à l’infiltration mucoïde de la paroi colique pouvant aller jusqu’au méga colon ou une hypotonie de la vésicule biliaire à l’origine de lithiases cholestéroliques.

-       (ascite –pleurésie-anasarque). Epanchements le plus souvent asymptomatiques mais visibles.

-       altération de l’état général et chute des défenses immunitaires.

-       dans les formes de diagnostic tardif, on peut observer une distension de la selle turcique, cavité osseuse située à la base du cerveau et logeant l’’hypophyse, par hyperplasie des cellules thyréotropes. Un adénome hypophysien secondaire à une hypothyroïdie mal traitée peut survenir et disparaître après traitement adapté.

-       Hyponatrémie de dilution par secrétion inappropriée d’hormone antidiurétique (Vasopressine ou ADH)

-       Insuffisance rénale avec diminution du débit de filtration glomérulaire secondaire à une diminution du débit cardiaque.

-       Enfin, myxoedème cutanéo-muqueux et coma. Devenu rare, il est l’aboutissement extrême d’un échec social et médical par une carence diagnostique qui tient souvent de l’isolement et du mauvais accès aux soins des personnes qui en sont atteintes.

 

 

Symptômes d’hypermétabolisme donc d’hyperthyroïdie ou de surdosage en levothyroxine

-       Etat pseudo grippal

-       Œdèmes pré tibiaux

-       Troubles digestifs

-       amaigrissement rapide malgré un appétit conservé voire une boulimie.

-       fonte musculaire quadricipitale  et pseudo-myasthénique, détectable lors du signe du tabouret (le sujet assis ne peut se relever)

-       tachycardie sinusale de repos aggravée par l’effort avec parfois dyspnée. Troubles graves du rythme cardiaque notamment cardiothyréose, insuffisance cardiaque

-       signes oculaires uni ou bilatéraux avec éclat du regard dans 60% des cas, sécheresse, ulcérations cornéennes, névrite, kératite, sensation de flou visuel et de corps étranger, diplopie, photophobie

-       troubles du comportement avec irritabilité et instabilité, hyperémotivité 

-       insomnies

-       tremblement et maladresse des gestes

-       sueurs profuses et pénible sensation de soif inexpliquée

-       aménorrhées

Télécharger
La demande de rectification que vous pouvez télécharger et envoyer par courrier ou mail à Ouest France en indiquant que vous avez victime !
droit de réponse Ouest France .pdf
Document Adobe Acrobat 132.9 KB

Écrire commentaire

Commentaires: 34
  • #1

    Brillault Marie (lundi, 30 décembre 2019 18:08)

    C'est une véritable honte ! Maintenant on ne soigne plus on tue avec ces traitements . J'ai été très touchée par la nouvelle formule du lévothyrox n'ayant plus de thyroide depuis plus de 20 ans donc obligée de prendre ce traitement . Je n'avais aucun problème avec l'ancienne formule ,mais avec celle du manitol ,perte de cheveux , extrême fatigue etc etc .... Je suis saine d'esprit ni dépressive . Tout cela pour que ces labos se fassent de l'argent. A croire qu'ils ont des actions chez les pompes funèbres !

  • #2

    Barbedroite Héliane (lundi, 30 décembre 2019 18:49)

    J ai été soignée par levothyrox ancienne formule pendant 35 ans sans aucun problème. Soudain la nouvelle formule avec manitou et acide citrine arrive dans information préalable et les problèmes ont commencé. Douleurs musculaires jour et nuit, paralysie, fatigue, perte de mémoire, chute de cheveux, etc. Le laboratoire Merck n a pas hésité à mettre en danger la.vie de
    millions de malade au nom de sa rentabilité. Mrs Mmes les journalistes renseignez vous avant d écrire ce genre d ineptie. Vous semblez ignorer les fonctions de la thyroïde.

  • #3

    helene lethoor (lundi, 30 décembre 2019 18:50)

    j'ai subi ainsi que mes trois filles.je dénonce faire de l'argent avec la santé honteux inacceptable.

  • #4

    Giustiniani Jacqueline (lundi, 30 décembre 2019 18:52)

    Je confirme que la nouvelle formule m a détruite je suis parfaitement consciente et suis toujours sous traitement a cause de ce poison!

  • #5

    MARPEAU Jocelyne (lundi, 30 décembre 2019 19:02)

    J'ai pris durant environ 30 ans du Levothyrox. La thyroïde m'a été enlevée en 1994. Je me sentais bien. .. jusqu'à 2017.
    Brusquement j'ai ressenti un mal-être extrême : prise de poids rapide sans raison valable (8 kg), fatigue énorme, perte de cheveux impressionnante, vertiges importants et persistants, douleurs musculaires, démangeaisons, ... et la liste ne s'arrête pas là.
    Au même moment nous étions nombreux à constater les mêmes symptômes, habitant dans tous les coins de France. Que se passait-il ???? Un changement de formule du Levothyrox, sans que nous en soyons informés.
    Je n'admets pas du tout que l'on puisse dire que ce sont des troubles psychosomatiques qui nous aient affectés. Comment expliquer que nous ayons ressenti les mêmes problèmes, au même moment ???
    Plongez vous dans l'historique de ce médicament qui nous a tout simplement touchés de plein fouet, bouleversant notre vie... encore deux ans plus tard, malgré les changements de formules.
    Il est inadmissible que Mme Buzin n'ait pas admis ce problème et n'ait pas exigé que l'ancienne formule ne soit reprise par un autre laboratoire.
    Alors s'il vous plaît n'écrivez pas n'importe quoi. Faites de vraies recherches journalistiques !

  • #6

    poirey annie (lundi, 30 décembre 2019 19:11)

    C'est lamentable de voir ces personnages bien assis faire de la gloriole sur le dos des patients.
    Un peu plus de malades donc un peu plus de vente de médicaments.
    Personne ne s'intèresse aux malades mais à leur rentabilité.

  • #7

    Christelle (lundi, 30 décembre 2019 19:40)

    Oui je veux bien croire depuis le changement du levotirox je suis plus pareil saute humeur prise de poids problème cardiaque perte de vue moi je veux retrouver ancienne formule est retrouver ma santé avant car je suis plus là même personne douleur musculaire crampe fatiguée douleur dans les mains démangeaisons perte de cheveux malgré plusieurs soins de argent sa reviens une vie sa reviens pas donc oui je veux retrouver ancienne formule avant j'étais sportif maintenant je peux plus rien faire donc faite de vrais recherche est madame buzin Sé votre boulot de nous donner ancienne formule merci avance

  • #8

    Istace (lundi, 30 décembre 2019 19:53)

    Le levothyrox NF a fait des milliers et des milliers de victimes depuis 2017.Ecrire dans le journal Ouest France que ce médicament à marge thérapeutique étroite, a preuve du contraire à une origine psychosomatique...C’est.scandaleux.....
    Lire le livre de Monsieur PIGEMENT. Se documenter. Avoir des sources objectives.Messieurs les journalistes.
    Une fois de plus, le patient est bafoué. Cela va dans le sens de nos autorités sanitaires...

  • #9

    Gregori Marie (lundi, 30 décembre 2019 19:57)

    Article de ouest France scandaleux. Ma vie a basculé avec la nouvelle formule, non informée, j'ai sombré jusqu'à ce que je comprenne d'où venaient mes douleurs: terribles crampes jambes ,bras, mains, 3 tendinites sur le même pied, insomnie sévère, dépression, névralgie oculaire, sécheresse extrême de la peau, prise de poids. Au bout de 7 mois de calvaire, je s'approvisionne à l'étranger qui possède encore l'ancienne formule mais ça va s'arrêter. Je ne sais pas ce que je vais devenir, comme beaucoup, et notre ministre s'en fout. Plus grave les journaleux lui servent la soupe.

  • #10

    Levasseur (lundi, 30 décembre 2019 21:18)

    J’allais bien, avant... depuis je vais mal j’en ai assez ! Je suis épuisée, démoralisée, épuisée d’être dans cet état alors que je devrais avoir la pêche on nous empoissonne à petit feu ça suffit! Cela doit s’arrêter

  • #11

    Macha Bouton (lundi, 30 décembre 2019 21:45)

    toujours à la rechercher du bon dosage depuis les problèmes engendrés par ce "poison" ...de "hypo" à "hyper"...à nouveau "hypo" (à chaque fois très mauvais résultats) mais je fais confiance à mon endocrino, très à l'écoute et faisant tout pour que l'on arrive à une stabilisation.

  • #12

    Carmen Jeambrun (lundi, 30 décembre 2019 22:17)

    J'espère que ce monsieur arrive à bien dormir !!... Mais qu'elle honte !!... Un journaliste est sensé s'informer, avant d'écrire des "conneries" plus grosse que lui, nom de Dieu !!...
    Et le rédacteur en chef, a approuvé ça ??... Je rêve !!... Vous méprisez tous les gens qui ont été et sont toujours malades , où ont gardés des séquelles "grâce" à ce foutu poison et avec la complicité du gouvernement, car ils sont tous à mettre dans le même panier (de crabes)... Des incompétents !!... Vous y compris !!... Merck vous à offert un beau cadeau à Noël ??....

  • #13

    BRULAY Veronique (lundi, 30 décembre 2019 22:29)

    Plus de thyroïde depuis 2001 et donc sous LEVOTHYROX depuis. Mars 2017 : nouvelle formule jusqu'en octobre de la même année. Premiers symptômes juin juillet 2017 (insomnies, fatigue intense, douleurs musculaires, articulaires, essoufflement, dents qui se de haussent, douleurs d estomac, envie de mourir, etc.... Je me laisse glisser... moi si active quelques mois plus tôt je ne suis plus qu une ombre. Mes proches ont peur ils se mobilisent et me fournissent en EUTHYROX suisse allemand.... Je survie mais je ne suis plus moi ! La vraie moi !
    Merck m'a volé ma vie et m'a empoisonné par négligence. L état n à pas bronché !!! On a voulu nous faire passer pour des Dingues. Je ne suis pas folle. Je ne prends plus les médocs de Merck depuis 2 mois je suis sous TCAPS et je vais un peu mieux. Ce n est plus comme avant bien sur mais maintenant quand je rentre le soir après 8, 9h00 de travail je peux préparer le dîner et parfois préparer le repas de la veille. Il y a 2 mois je ne pouvais pas, trop épuisée. Vous croyez vraiment que j ai envie de me la raconter, de faire pitié, de réclamer de l argent ??? Non je n ai pas porter plainte. Pourquoi ? Je voulais juste retrouver ma vie d avant. La crise sanitaire, le scandale... Perso je m en moque
    Je veux juste que l ignare n écrive plus d inepties à ce sujet. Clairement : quand on ne connaît pas le sujet on ne développe pas.
    Voilà. Merci de votre attention

  • #14

    Pingret Marthe (lundi, 30 décembre 2019 22:30)

    Comme quoi, une fois encore il ne suffit pas d avoir fait des études pour être intelligent, ni d avoir un métier pour être compétent....

  • #15

    bellenger valerie (lundi, 30 décembre 2019 23:17)

    j'ai été tres mal avec la nouvelle formule, perte de connaissance, perte de mémoire tres importante, grosse fatigue, grosse irritabilité, insomnies, douleurs musculaires.. et au bord du suicide!! alors non ce n'était pas dans ma tete!!!!!!

  • #16

    Annick Tran Duc (lundi, 30 décembre 2019 23:38)

    Après 2 ans 1/2 de vie gâchée, je ne vous souhaite qu'une chose pour 2020 : avoir des problèmes thyroïdiens et être traité au levothyrox nouvelle formule qui, je l'espère, vous donnera tous les effets indésirables que nous avons subis et subissons encore ! Honte à vous de mettre en doute la parole de tant de malades !

  • #17

    Ghislaine Vidal (lundi, 30 décembre 2019 23:57)

    Quelle honte à ce journaliste de parler ainsi d'une maladie dont il ignore à l'évidence tout, et de plus de mépriser et insulter les personnes, dont je fais partie, qui ont eu les effets secondaires dûs à la nouvelle formule du Levothyrox (médicament créé à des fins purement mercantiles et non plus thérapeutiques).

  • #18

    Falquet Annie (mardi, 31 décembre 2019 00:31)

    Je suis outrée de lire pareils propos. Les victimes du Levothyrox nouvelle formule n'ont aucun trouble psycho-somatique.
    Il est regrettable de constater votre impéritie, votre manque d'informations, qui est une insulte pour les malades.
    Heureusement qu'il y a des médecins, qui ne sont pas à la solde du Laboratoire Merck, des journalistes qui, eux, s'informent sur les sujets qu'ils ont à traiter et des associations de victimes de ce "poison" qui a gâché /gâche la vie de très nombreuses personnes.
    Nous attendons des excuses et un rectificatif de votre part.
    Il en va aussi de la réputation du journal Ouest-France

  • #19

    Gendre (mardi, 31 décembre 2019 00:55)

    Je suis victime et depuis ce changement de formule, je n'ai toujours aucun médicament qui me convienne. J'ai toujours beaucoup d'effets indésirables. Depuis 2001, ablation totale tyroïde, j'étais avec l'ancienne formule et tout allait très bien jusqu'au changement de formule !

  • #20

    Gues christine (mardi, 31 décembre 2019 01:46)

    Monsieur le journaliste qui juge sans savoir
    Je ne vous souhaite pas de rencontrer des problèmes thyroïdiens car si l’on s’en référé à vos propos, les conséquences sur la prise du levothyrox nouvelle version va vous faire psychotter
    Vous allez commencer à inventer des maux imaginaires, vous allez souffrir au quotidien mais non ce ne sera que dans votre tête
    Attention à ne pas vous plaindre car si l’on vous écoute, tout n. Est qu’invention
    Ne parler pas de choses que vous ne vivez pas, que vous ne connaissez pas ....

  • #21

    Roszak (mardi, 31 décembre 2019 07:05)

    Ablation thyroïde en 2015 sous levotirox et problème candidose buccale constante j’aimerai bien aller bien et vivre comme avant pourquoi ne pas changer formules levo je fais yoyo pour ma tsh. Les laboratoires sont là pour soigner ou pour gagner de l’argent

  • #22

    refalo (mardi, 31 décembre 2019 09:12)

    Heureusement qu'il y a des médecins, qui ne sont pas à la solde du Laboratoire Merck, des journalistes qui, eux, s'informent sur les sujets qu'ils ont à traiter et des associations de victimes de cette potion magique qui a gâché /gâche la vie de très nombreuses personnes.Heureusement qu'il y a d'autres fabricants de ce produits qui nous permets de vivre sans aucuns problemes,pour ma part j'ai changer de laboratoire,je suis passé au laboratopire genevrier qui fourni du tcap nous attendons des excuses et un rectificatif de votre part.
    Il en va aussi de la réputation du journal Ouest-France

  • #23

    Espinet (mardi, 31 décembre 2019 09:57)

    Le profit ! Que le profit et la santé des personnes passe au dernier plan. En ce qui me concerne : grosse fatigue permanente, je suis mal dans mes baskets, j attrappe tout ce qui passe donc problème d immunite, des douleurs aux jambes, etc. Etc.

  • #24

    marie-laure (mardi, 31 décembre 2019 12:17)

    bonjour
    sous t Caps depuis Mai 2019 sa va sa viens comme dit la chanson 6 mois de prise de se poison pour 2 ans de galère et nous sommes toujours prises pour des illuminées je reve tous les jours de jouer au basket avec le poison et viser la bouche de tous c P....... leur faire avaler en ayant eu le réflexe de les attacher les mains dans le dos je pense que nous allons subir cette infamie jusqu a notre fin

  • #25

    marie ayais (mardi, 31 décembre 2019 16:59)

    bonjour depuis le changement de lévothyrox ma vie est un enfer!

  • #26

    marie-josé oliger (mardi, 31 décembre 2019 22:24)

    c 'est la médecine assassine ! la dictature s'est installé , honte à ces grands chefs, qui ont prêté serment ! un monde de FRIC !!!!

  • #27

    Malki Saloua (mercredi, 01 janvier 2020 04:24)

    Personnellement, j'ai vécu l'enfer avec la prise de ce poison qu'est le Levothyrox nouvelle formule !
    Toute ma vie est altérée ! C'est pire que ce que l'on peut imaginer !
    Je souhaite à tous ces fabricants sans coeur ni conscience qu'ils tombent malades de la thyroïde et prennent ce poison pour savoir ce que l'on endure !
    Je leur souhaite plutôt toutes les souffrances monde !

  • #28

    Rosaria Saccoccio (mercredi, 01 janvier 2020 12:41)

    Comme beaucoup je souffre de cette nouvelle formule. J'avais mis 3 ans pour que ma TSH se stabilise après une maladie de Basedow. À la prise de la nouvelle formule j'ai commencé à être très fatiguée...perte de cheveux... anxiété exacerbée avec beaucoup de mal à faire face aux gestes du quotidien. Eh non ce n'est pas dans nos têtes messieurs mais bien dans notre corps que tout ne va plus. Mais seuls les malades et victimes comprendront. Sous L thyroxine depuis quelques mois je suis moins mal mais j'aimerais tellement retrouver le confort de l'ancienne formule qui me permettait de vivre normalement.... j'espère vraiment que nous serons tous entendus et considérés surtout

  • #29

    Marteau evelyne (mercredi, 01 janvier 2020 16:56)

    La seule chose que l on peu dire madameBuzin nous fait claquer avec tout c est l aboradoire de merde elle sans fou elle voyage avec l argent gagner

  • #30

    LECLERCQ (jeudi, 02 janvier 2020 03:10)

    Monsieur,

    Je ne peux citer vos nom et prénom, ce serait vous faire une publicité imméritée !
    Je ne peux davantage vous nommer « Monsieur le journaliste » car ce serait faire offense aux journalistes dignes de ce nom !

    La définition du métier de journaliste serait la suivante : « écrire dans un journal et, par extension informer à travers un média : presse écrite, radio, télévision... Son travail consiste à collecter, vérifier, sélectionner, synthétiser et commenter des faits pour les présenter au public. »
    En ce qui vous concerne :
    • Vous écrivez dans un journal, certes, mais c’est bien là la seule activité que je puisse vous reconnaître ;
    • N’avez-vous pas confondu informer et désinformer !?!
    • Vous êtes-vous assuré d’appréhender correctement le périmètre du sujet avant toute collecte de données !?!
    • La vérification des faits a-t-elle occupé une place prépondérante dans votre travail ou avez-vous ignoré ce devoir !?!
    Aussi, je ne m’attarderai pas sur d’autres piliers de l’action journalistique que vous semblez méconnaître et pas davantage sur le poison innommable que vous évoquez.
    Je conclurai donc par cette citation de Benjamin Franklin : « Ecrivez quelque chose qui vaut la peine d’être lu ou faites quelque chose qui vaut la peine d’être écrit ».

  • #31

    PERRAULT (jeudi, 02 janvier 2020 11:23)

    Merci de réagir pour notre DIGINITE à toutes et à tous : NOUS, les VICTIMES et COBAYES de cet HORRIBLE "nouvelle formule" du lévothyrox qui a détruit ma vie durant six mois de prise de ce médicament !
    De quel droit un journaliste ose-t-il s'exprimer de la sorte ?? C'est UNE HONTE !!!
    Sait-il, au moins, de quoi il parle ??
    Depuis que j'ai "ingurgité" ce lévo "nelle formule", je n'ai jamais retrouvé ma santé d'avant. J'ai subi tous les effets secondaires déjà décrits mille fois par tous les malades et même deux ans et demi plus tard (et bien-sûr en ayant changé de traitement depuis longtemps maintenant) : je souffre encore de brûlures de la langue, du palais, des gencives, des dents, des lèvres avec un goût amer et métallique dans la bouche en permanence, je souffre encore de tachycardie et je n'arrive plus à stabiliser ma THS !!
    Obligée d'augmenter et augmenter mon dosage… Alors que durant plus de 15 ans sous "ancienne formule" : TOUT ALLAIT PARFAITEMENT BIEN !

    Et ce serait "psychosomatique" ???
    Eh bien, nous serions des centaines de milliers de personnes (plus d'UN MILLION à l'heure actuelle) !
    Ca fait beaucoup, vous ne croyez pas ??



  • #32

    Dallet Françoise (vendredi, 03 janvier 2020 13:51)

    3o ans de levotyrox ancienne formule, tout aller bien.....4fois que je change parce_que je ne supporte pas la nouvelle formule . C'etait l'enfer...je suis sous t.caps, mais ce n'est pa ça.......comme j'aimerais retrouver l'ancienne formule, et être au top comme avant.....c'est vraiment épuisant.....

  • #33

    Dugué anne (lundi, 06 janvier 2020 03:07)

    Victime de ce Levothyrox Nf , je ne supporte pas qu'un journaliste qui ne connaît pas le sujet vraisemblablement , en parle en ces termes , discréditant ainsi le travail énorme mené depuis plusieurs mois par des associations de malades qui , ne vous en déplaise , n'ont pas inventé leurs symptômes.
    Monsieur Philippe Richard , vous avez semble-t-il la chance d'être en vacances . Nombre de malades thyroïdiens depuis 2 ans et plus maintenant ne peuvent plus s'en offrir , poursuivis qu'ils sont par de nombreux effets indésirables qui ne les lâchent pas .
    Monsieur , au minimum excusez vous et ,de grâce, informez-vous.
    A cet effet une conférence Levothyrox à lieu à Paris , 11 rue Haxo , le samedi 11 janvier ; elle ne pourrait que vous être profitable .
    Offensée , je ne vous salue pas
    Anne Dugué

  • #34

    Aline Gendronneau (dimanche, 29 mars 2020 23:11)

    18 mois que ma vie a basculée, baisse du temps de travail, arrêts maladie à répétition, tremblements, sueurs, insomnies, palpitations, extradystoles, asthénie, oedèmes des paupières, nausées, déprime suicidaire, fatigue immense, irritabilité, vertiges, crampes musculaires et abdominales, malgré des tsh normales. Tout disparaît après 6 semaines de retour à l'euthyrox, sauf les extrasystoles et les vertiges. Comment je vais faire en septembre prochain si l'euthyrox disparaît ? Hors de question de refaire le cobaye pour un autre médicament ! Plutôt mourir, et ne rien prendre, trop de souffrance physique et psychologique. C'est inacceptable, on veut nous tuer. Rien de psychosomatique là dedans, avant tout allait très bien. C'est une honte.