· 

La persistance virale en Covid long, une conférence du Docteur Stéphane Gayet pour l'UPGCS

Le Docteur Stéphane Gayet nous présente l'infection au Sars-Cov-2, dans sa forme initiale aïgue puis dans la forme chronique, appelée Covid long

Faisons connaissance avec le virus et avec les cellules qui vont les disséminer dans notre corps. 

 

Vous pouvez retrouver l'ensemble de la conférence sur notrechaÎne Youtube  UPGCS 

 

1)    Nos cellules ont en moyenne une taille de 10 à 20 millièmes de millimètres. 

Une bactérie mesure 2 à 3 millièmes de millimètres mais le virus n’est pas visible au microscope puisqu’il ne se mesure qu’en millionièmes de millimètres ! Cette précision aura son importance lors de cette conférence dans les explications sur sa présence détectée jusque dans le cerveau.

 

L’entité virale est particulière puisqu’elle n’a pas d’énergie propre, qu’elle est à la frontière de la vie, puisque ce n’est pas une cellule. Un virus est en fait une information diabolique et toxique. Sans respiration, sans nutrition propre, elle n’est qu’une information sous forme d’ADN ou ARN. 

 

1)     Le SARS-COV-2

Ce schéma montre la différence entre infection et vaccination par ARN messager: A la surface du virus, on remarque la protéine Skipe mais aussi d’autres protéines antigènes de membranes ( crochets rouges) et des antigènes d’enveloppes ( crochets dorés)

L’immunité acquise post infection va lutter contre toutes ces protéines alors que le vaccin ARN messager ne sera actif que contre les protéines Spike, donc ceci explique l’immunité partielle post vaccin. 

Le virus, comme décrit ci-dessus, est une entité passive, qui ne circule que par les humeurs, salive, sang, eau, jusqu’à sa rencontre avec une cellule. C’est elle qui après reconnaissance, va l’absorber, et fabriquer la charge virale sous forme de millions de particules qu’elle va ensuite diffuser à l’ensemble du corps. 

Schéma de l’infection Covid-19 :  celle-ci passe par voies respiratoires ou cutanées. Elle se met en place lentement, par notamment des symptômes comme mal de gorge, fatigue, migraine avant l’arrivée de la toux, de la fièvre.

 

Mais il faut informer sur l’évolution ensuite qui peut aller jusqu’à des complications pulmonaires et cardiovasculaires graves. Des personnes jeunes, sportives peuvent être victimes d’embolies pulmonaires ! 

 

Après la phase symptomatologique, on prononce la guérison médicale mais cela ne signifie pas qu’on a éradiqué la présence virale dans le corps. Cela signifie que le système immunitaire agit suffisamment pour éviter les symptômes tels que fièvre, toux, etc. Le virus cependant est encore dans le corps en latence.

 

A  noter que trop souvent, les sérologies sont pratiquées trop tôt post infection et que les anticorps ne sont pas encore en place. 

Covid-19 en phase initiale aigue ou Covid prolongée sont des infections poly-systémiques qui touchent tous les organes du corps qui ont des récepteurs ACE2.

 

L’agent essentiel dans ce combat, c’est le système immunitaire, mais depuis de nombreuses années, il est souvent défaillant en raison des agents environnementaux de plus en plus toxiques.

 

Ce système immunitaire  s’organise dans le sang d’une part mais d’autre part dans les tissus

-        Plaquettes sanguines, lymphocytes B et T

-        TCD8 qui sont les cannibales utiles qui détruisent les cellules infectées

-        TCD4 ou lymphocytes T qui coordonnent et activent le système immunitaire

-        Les monocytes qui s’attaquent, digèrent les cellules virales et produisent des antigènes.

 

L’immunité ne se résume pas aux anticorps mais à un ensemble de fonctions dont l’immunité acquise qui repose sur la mémoire lymphocytaire qui persiste toute la vie.

L’immunité innée, acquise dès l’enfance, est lente et peu performante. C’est une réponse immunitaire primaire. Les lymphocytes, après analyse des informations sur le virus, vont créer une immunité adaptative, mais cette réponse intervient trop tardivement pour limiter les complications infectieuses.

 

Les facteurs solubles Cytokines expliquent les symptômes ressentis notamment en Covid prolongée. Ce sont des protéines toxiques produites par notre système immunitaire. Ce largage de Cytokines explique le phénomène inflammatoire souvent appelé orage de cytokines

La Covid prolongée et la persistance virale

L’évolution de l’infection virale :

  • Infection aigüe résolutive qui guérit complétement : 70/100 des personnes infectées guérissent complétement(phase assez longue allant de 1 mois à 1 mois et demi) 
  • Infection Chronique : ce sont les 30/100 qui vont développer une forme chronique appelée Covid long, consécutivement à un système immunitaire insuffisamment actif. Les cycles de cette infection sont rythmés par les hormones, des problèmes endocriniens, la fatigue, le stress, la nutrition ou par d’autres pathologies latentes et qui resurgissent depuis l’infection Covid-19. 
  • Infection latente : il n’y a plus de phase aigüe, le génome viral est toujours en latence dans le cytoplasme sous sa forme d’ARN. Un choc émotionnel, un stress, une grande fatigue peuvent réactiver cette persistance virale. Type évolutif par vagues 

 

Le Covid long n’est pas un syndrome Post Covid comme on le lit trop souvent, jusque dans des recommandations officielles.

Il n’est pas non plus un syndrome suggestif, sous-entendu psychosomatique.

Il est lié à la persistance virale, c’est une pathologie lourde qui doit être prise en charge précocement et en pluri disciplinarités.

Lors de la phase aigüe, le cerveau est touché par l’inflammation, et ne peut obtenir de bénéfices de l’antibiothérapie.

En effet, la barrière méningée bloque le passage des antibiotiques mais la taille du virus lui permet de passer cette barrière.

Ceci explique pourquoi tant de médecins se prononcent en faveur du traitement ambulatoire précoce (TAP) afin d’anticiper cette évolution jusqu’à la zone cérébrale. 

Ici deux shémas : 

A gauche, celui d'un individu avec un système immunitaire performant qui va l'amener à une guérison totale et empêchera la réactivation du virus en latence. 

A gauche, celui d'un individu avec un système immunitaire défaillant, en raison de

  • surmenage,
  • journées trop chargées,
  • non prise en cause de la fatigue,
  • manque de sommeil,
  • nutrition mal équilibrée,
  • mais aussi carences en vitamines D, C, E et zinc 

 

Ce qui explique peut-être le nombre important de femmes touchées ! 

Télécharger
La conférence du Docteur Gayet en document PDF téléchargeable
sG-UPGCS-persist-virale-24-mars (1).pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Pincon (dimanche, 28 mars 2021 12:26)

    Je voudrais le recevoir