· 

Burnout, peut-on en sortir ? Un article du Docteur Didier Cosserat

Un burnout se guérit aisément, …si on s’en donne les moyens.  

 

Il s’agit d’un épuisement de la glande surrénale avec une baisse de cortisol (dosage cortisol libre et de l'aldostérone) et une baisse de la  DHEA précurseur de toutes les hormones stéroïdes. 

 

Ce phénomène est associé à une baisse de dopamine cérébrale et parfois de sérotonine.  

 

  • Signes de manque en dopamine : baisse de concentration, baisse de mémoire, moins de joie de vivre, baisse de libido, manque de motivation. Comme le précurseur est le même, la tyrosine, que le cerveau ne sait prendre que dans les protéines du repas du matin, elle avait également un manque de noradrénaline avec épuisement physique et psychique.  

 

  • La sérotonine est basse également. La sérotonine vient du tryptophane que l’on prend à 90% dans les protéines du matin. Un manque de sérotonine entraîne des compulsions glucidiques, des troubles du sommeil, des courbatures musculaires sans faire de sport, intolérance à la frustration et irritabilité, …ce qu’on appelle une dépression.

 

  • Peu de sérotonine, on n’a évidemment peu de mélatonine dont elle dépend  ->Troubles du sommeil, réveils précoces, rumination, sommeil léger, 

 Recommandations : 

  • Ne pas sauter le petit déjeuner et ses protéines (2 œufs bio coque)  susceptible de générer les acides aminés précurseurs des neurotransmetteurs. 

 

  • Vitamine B12 (méthylcobalamine +++)  trop basse par rapport aux taux santé  qui n’ont rien à voir avec les chiffres figurant à droite des feuilles de biologie et qui sont des normes statistiques  =>  > 500 pg/ml ,  carence en B12 qui entraîne bien évidemment de la fatigue physique et psychique, plus de dépressions, plus de risque de cancer, La B12 doit rester en sublingual quelques minutes avant d'avaler. 

 

  • La vitamine D doit être impérativement entre 60 et 80 ng/l 

 

  • Prendre du citrate de magnésium associé à de la taurine ; D-stress booster®   2 sachets le matin 

 

  • Contrôler aussi le potassium qui donne les mêmes signes que les carences en magnésium  

 

  • Le zinc doit être impérativement aux normes hautes  = >   30 mg / jour  

 

FER, B12, B9, VIT D, ZINC, CU, VIT C.. SONT NECESSAIRES POUR ACTIVER TYROSINE EN NORADRENALINE,  

ET LE TRYPTOPHANE EN 5 http ,  PUIS EN SEROTONINE, MELATONINE :          

 =>  DEPRESSION CARENTIELLE 

 

La ferritine doit être au-dessus de 60 ng/ml  En cas de dysbiose intestinale, le fer n'est pas absorbé et il faut le traiter plutôt que de donner du fer ! 

 

Si flatulence/gaz et halitose (mauvaise haleine)  = > signes de DYSBIOSE / SIBO"Small Intestinal Bacterial Overgrowth" 

Et candidose à suspecter  qui fait baisser la B12 et qui fait baisser également le cortisol qui est le moteur principal du burnout… 

Les causes de la dysbiose intestinale sont la consommation de lait / laitage parfois antibiotiques, prise de produit zéro ou light, les IPP ; Mopral®, Inexium® et autres  

 

Si non arrêt du lait , laitage et le gluten =>  récidive immédiate de la dysbiose intestinale.  

 

Si syndrome des jambes sans repos => Tyrosine  (Dopacontrol®), à donner au coucher,   1000 mg 

 

Pas de benzodiazépines (troubles cognitifs, dépendance), ni inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (Prozac® et autres)   

 

Si troubles du sommeil ; association de mélatonine immédiate et retard : Arkorelax®  1 cp 1 heure avant le coucher. Déconseillé femme enceinte et allaitante. Pas d'hypnotiques (Stilnox®, Imovane®...)  

 

Cofacteurs d’activation de la T4 en T3 à contrôler impérativement et qui doivent être aux normes hautes : B12, Mg, Fer, Se, Zn, Vitamine A, Sélénium, , Vitamine D  

 

Contrôle des signes d’hypothyroïdie (hypothyroïdie fruste notoirement sous diagnostiqué) :

Extrémités froides, fatigue matinale et syndrome de Raynaud, tendance à prendre du poids, fatigue dès le lever, dépressif le matin, mieux dans l’action, cholestérol élevé, courbatures musculaires le matin, œdème périorbitaire, doigts gonflés le matin, obstruction nasale par œdème au niveau des cornets,  

 

On sait actuellement que 60% au moins de dépression ont un lien avec l’hypothyroïdie, bradypsychie, crampes au niveau des mollets, peau sèche tibia talon, perte des cheveux (les autres causes et perte de cheveux sont manque de fer, manque de zinc, manque œstrogènes), gastroparésie, raucité de la voix au réveil, migraine, (dont les autres causes sont la dysbiose intestinale et le manque de magnésium),  

Ronflements, rigidité articulaire le matin, infections ORL à répétition  

 

…..22 signes d’hypothyroïdie alors que 3 fois moins suffisent pour affirmer le diagnostic confirmé par la biologie. 

 

L’Euthyral® , association T4 +T3  ( et non Levothyrox® et autres T4)   à doses croissantes très progressives sur un mois (1/4 à 1 et demi /jour)     ->  tous les signes devraient avoir disparus.

Impératif   T3 libre  >   3,4 ng/l   ou   5,2  pmol/l ,  ne pas se contenter des normes basses. Les perturbateurs endocriniens saturent les récepteurs     TSH et T4 inutiles  

 

ATTENTION , commencer par traiter la surrénale une semaine avant d’introduire le traitement thyroïde 

 

Cortisol très souvent non pas bas,  mais effondré ;   doser   Cortisol libre à 8 heures, Transcortine, ACTH. l’idéal est le contrôle des 17 OH corticoïdes dans les urines des 24 heures qui représente les métabolites des corticoïdes.   Prendre Euthyral® après la prise de sang lors du contrôle  

 

Si syndrome prémenstruel très fréquent (la progestérone se transforme en cortisol consommé en excès par le stress)  =>   Progesterone naturelle  Utrogestan® 200 mg  1 au coucher,  2 semaines avant les  règles (voie vaginale plutôt que per os si vertiges, nausées… pour shunter le catabolisme hépatique) 

 

Migraines cataméniales fréquentes liées au manque de progestérone en fin de cycle ce qui est péjoratif pour le sein,  

 

Si libido faible chez la femme,  dépend de quatre facteurs : le partenaire, le taux d’œstrogènes, du taux de testostérone qui vient de la DHEA et du taux de dopamine cérébrale et des cofacteurs. La reprise des orgasmes stimule la dopamine, sérotonine, l’enképhaline, testostérone , vasopressine, ocytocine, phérormones, endomorphines... indispensables à une femme épanouie 

 

Si libido faible chez l'homme ,dépistage d'un déficit androgénique ; testostérone bio disponible + SHBG. Fréquence très sous estimée 

 

Pour la biologie de contrôle, prendre la DHEA le soir au lieu du matin les 2 jours avant la prise de sang (doser sulfate de  DHEA) 

 

Si CRP ultrasensible élevée : dysbiose intestinale à traiter, manque d’oméga 3. 

 

Si acné ; manque de vitamine A, manque d’oméga 6, manque de zinc,  

 

Contrôle des métaux lourds,  

 

Faire du vélo, s'aérer loin des PM 10 et PM 2,5, s'éloigner des perturbateurs endocriniens 

 

S'exposer au soleil              

 

et arrêt de travail impératif

 

Dr Didier Cosserat 

Pour aller plus loin

Nous ne pouvons donner suite aux commentaires que s'ils sont assortis d'une adresse mail valide. Merci d'en prendre conscience.

Écrire commentaire

Commentaires: 0